AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ~*~ Galerie de RDO ~*~

Aller en bas 
AuteurMessage
RDO
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : A coté d'une bouteille
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: ~*~ Galerie de RDO ~*~   Jeu 31 Jan - 20:34

Hello les gens, bienvenue sur ma galerie dans laquelle je posterais les liens de mes RP's parus sur le board. Je publierais aussi ceux qui restent coincés sur des fora d'alliance. Wink

Bonne lecture

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RDO
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : A coté d'une bouteille
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: ~*~ Galerie de RDO ~*~   Jeu 31 Jan - 20:36

Celui qui m'a le plus touché, car j'ai eu un équivalent de la dernière scène en vrai...

Musique du RP

L’enfant jouait, assise sur sa balançoire. Un garçonnet, son ainé de deux ou trois années tout au plus, la poussait. Ils riaient de plus en plus fort alors que la fillette montait de plus en plus haut. Ils étaient au fond d’un jardin bordé de hautes haies d’ifs. Le soleil était haut dans le ciel sans nuages, resplendissant de son éclat d’été.

Une voix dans la maison voisine appela. Les deux enfants arrêtèrent de jouer et rentrèrent dans le cottage main dans la main. Dans le salon, ils trouvèrent leurs parents assis l’un en face de l’autre, un gros gâteau à la crème posé sur la table entre eux. A l’entrée des deux enfants, ils dirent joyeusement en même temps :


" Joyeux anniversaire chérie ! "

La petite fille était stupéfiée. Bouche bée, elle regardait l’énorme gâteau et entrevoyait un paquet cadeau derrière le canapé.

"Et bien, tu ne dis rien petite sœur ?
-Je…merci tous les trois. Je vous aime tous."


Ils s’étreignirent tous les quatre pendant quelques instants, qui parurent durer des heures tellement le moment était émouvant pour eux. La mère alla chercher le cadeau et la petite l’ouvrit avec une hâte non dissimulée, ce qui amusa énormément son père. Elle découvrit un tricycle rouge flambant neuf. Elle prit à peine le temps de manger une part de son gâteau après avoir soufflé les bougies, et courut dans le jardin, suivit de son frère qui l’aida à s’habituer à son premier vélo en lui prodiguant des conseils, et la félicitant de ses progrès. La fin de l’après midi se passa dans la gaieté, et lorsque vint le moment d’aller se coucher, la petite demoiselle était encore excitée comme une puce.

"Tu promets ? Demain on va encore faire du tricycle.
-Mais oui ma chérie. On ira se promener en famille comme on sera dimanche demain.
-Ouuuuui !
-Bon allez, c’est l’heure de dormir mademoiselle. J’éteins la lumière et on dort tout de suite."


La mère borda sa fille, l’embrassa sur le front, et sortit de la chambre en appuyant sur l’interrupteur. L’obscurité remplaça la lumière, et la petite fille s’endormit paisiblement. Ce fut le soleil qui la réveilla, rayonnant sur son visage de sa lumière chaude et matinale. Elle s’habilla vite pour profiter de la nouvelle journée de l’été caniculaire qui s’annonçait encore. Elle sortit de sa chambre, et traversa la maison pour aller rejoindre son père et sa mère, assis autour de la table de la cuisine devant le petit déjeuner.

"Bonjour Papa, bonjour Maman.
-Bonjour ma puce, bien dormie ?
-Oui Maman. Il est pas levé grand frère ?
-Grand frère ? De quel frère tu parles ?
-Bin mon frérot adoré !
-Mais voyons, tu n’as pas de frère."


L’enfant crut d’abord à une blague, et regardait alternativement son père et sa mère en souriant. Mais les yeux ronds que lui jetaient ses parents lui enlevèrent vite sa joie.

"-Vous faites une blague ?
-J’allais te poser la question, ma chérie. Voyons, tu crois que tu as un frère ?
-Mais, mais…"


La petite fille semblait atterrée. Elle se leva de sa chaise et quitta la table pour aller réveiller son frère. Elle courut le plus vite que lui permettait ses petites jambes, ne croyant pas ses parents, et se retrouva devant la porte de la chambre. Elle frappa, et attendit. Mais aucune voix ne lui répondit, et elle refrappa, plus fort, en appelant son frère. Au bout de quelques instants, elle ne put résister, et fit tourner la poignée de la porte.

Le lit de son frère qui aurait du se trouver en face de l’entrée n’y était plus. La pièce était remplie de cartons, d’objets cassés ou usagés. L’atmosphère était poussiéreuse, lourde, et une odeur de renfermé planait dans l’air. Des toiles d’araignées étaient disséminées dans tous les recoins. Leurs propriétaires étaient absentes, ayants colonisés d’autres endroits de la maison, plus aérés et plus riches en proies. Son frère avait disparu de ce monde. Mais ou était-il ? Se pouvait il que son frère n’ait jamais existé ? Il valait mieux ne pas montrer ses doutes devant ses parents. Il la prendrait pour folle ou malade.


"Chérie, que fais tu dans le débarras ?"

L’enfant sursauta.

"Je t’ai fait peur ?"

La mère sourit. Elle s’agenouilla à coté de sa fille. En voyant la détresse sur son visage, son sourire se figea puis disparut.

"Tu croyais vraiment avoir un frère ?
-Je…non.
-Pourquoi es tu triste alors ?
-Non, je ne suis pas triste, c’est pas vrai !"


Elle baissa le regard sur le sol. Quand elle releva les yeux, un sourire était apparu sur son visage, mais la peur y était toujours visible. Sa mère n’y fit pas attention cependant.

"Allez, viens prendre ton petit déjeuner.
-Oui Maman."


Elles sortirent main dans la main, l’une grande et forte retenant l’autre, petite et absente. L’enfant jeta un œil derrière elle, comme si elle disait adieu à un être cher. Mais ce frère, ce compagnon de toujours, n’avait peut être jamais existé. Elles regagnèrent ensemble la cuisine et se rassirent à table. Mais quelque chose avait changé.

"Papa a déjà fini de boire son café ?
-Papa ?
-Bin papa."


Mais elle savait déjà ce qui l’attendait. Elle essayait de se raccrocher à un fugace espoir en disant cette phrase, mais elle ne sentait plus la présence de son père dans la maison. La table était devenue plus petite, assez grande pour deux personnes, et tous les portraits de familles avaient été remplacés par des photos d’elle seule, ou avec sa mère.

"Mais qu’est ce qui t’arrives ? Tu dis avoir un frère et maintenant un père. Mais tu sais bien que l’on a toujours été que toutes les deux, non ?
-Heu oui, je dois pas être réveillé, c’est tout."


Sa mère lui jeta des regards soupçonneux pendant tout le temps ou son enfant mangeait ses céréales. Pour éviter ses coups d’œil inquisiteurs, elle se concentra sur son bol, et dès qu’elle eut finie, ce qui lui parut une éternité, elle sortit de table. Après une toilette rapide, elle sortit dehors. Elle ne fut pas surprise de ne pas voir son tricycle sur la terrasse, étant donné que deux des protagonistes de son anniversaire avaient disparu. Elle se dirigea vers la balançoire d’un pas trainant. Toute envie de s’amuser avait quitté son esprit, et elle réfléchissait comment deux personnes chères à son cœur avaient pu s’envoler ainsi. Elle se dit peut être qu’elles les avaient imaginés, pour pallier à un manque affectif que sa mère ne pouvait pas lui apporter.

La balançoire sur laquelle elle était assise se mit à bouger. Instinctivement, elle pensa que son frère était venu jouer avec elle, et elle se retourna. Mais personne n’était dans son dos. Le vent s’était levé, vif et fort, et la poussait légèrement. Elle leva les yeux au ciel. Le ciel bleu qui avait commencé à illuminer sa journée avait été remplacé par un ciel menaçant et grisâtre. La pluie s’annonçait, et le fond de l’air fraichissait. Puis l’averse tomba. L’enfant resta assise, sans bouger, le regard vide. Personne ne l’appelait du foyer pour lui dire de venir se mettre à l’abri. Ce fut au bout de plusieurs minutes, alors qu’elle était trempé jusqu’à l’os, qu’elle se leva. Elle avait l’air de se réveiller et regarda autour d’elle. Elle se mit à courir vers la maison. Elle était sortit de sa rêverie, et son esprit revenait à la raison. Si elle ne voulait pas perdre sa mère, elles devaient rester ensemble.


"Maman ! Mamaaaaaan ! MAMAAAAAAAN"

L’enfant entra en hurlant dans la maison. Elle fouilla toutes les pièces, mais sa mère n’était nulle part. Elle rouvrit la dernière pièce ou elle pensait la trouver, la chambre de son frère, enfin le débarras. Mais la pièce était telle qu’elle était au petit matin. Il n’y avait plus personne dans la maison. L’enfant restait seule dans un monde hostile, ou tout disparaissait. Elle se jeta à genoux, et pleura. Qu’allait-elle devenir à présent ?

Elle s’adossa contre un carton rempli de vaisselle et continua de sangloter. Elle ne pensait plus à rien, pour ne plus rien éprouver. C’était comme si sa famille était morte. Elle ne l’avait jamais fait attendre, ne l’avait jamais laissé seule. Et d’un coup, tous disparaissaient, d’une façon incompréhensible. Elle aurait pu croire qu’ils allaient revenir, apparaître comme ils étaient partis, mais ce n’était pas le cas. Elle sentait au fond d’elle qu’ils n’étaient plus de ce monde, qu’ils l’avaient quitté à tout jamais.

Au bout d'un long moment la faim la tirailla. Elle avait envie d’uriner et ses jambes étaient douloureuses. Elle reprit alors conscience de son environnement. Mais elle n’était plus dans la chambre. Elle était assise sur la pelouse du jardin. Elle se leva de l’endroit ou aurait du être sa maison et regarda autour d’elle. Tout avait disparu. Elle avait pensé à aller se réfugier chez des voisins, mais même les autres maisons avaient disparu. Il ne restait qu’une étendue d’herbe qui s’étendait à l’horizon, telle un océan vert s’agitant en ondulations à cause du vent. Seule la balançoire était encore là.

L’enfant alla s’asseoir dessus, et la fit osciller lentement. Tout finirait par se désagréger bientôt. Elle regarda à nouveau le ciel. Le soleil était en train de se coucher à l’horizon, et elle le fixa dans sa disparition. Quand il fut totalement éclipsé, aucune étoile n’apparut, et la lune ne se leva pas. L’enfant fixa alors le vide obscur qui s’étendait devant elle. Son regard se fit vague, distant. La fin arrivait.

Le même regard vide. La petite fille était assise sur un fauteuil en cuir dans un coin d’une petite chambre. Elle avait grandi, vieilli, et sa peau était plissée de rides. Ses cheveux étaient blancs, ses habits vieillots et démodés, mais elle avait le même regard vide que dans son souvenir. Sa famille était dans la même pièce, assis là ou ils avaient trouvé de la place. Un médecin en blouse blanche était debout au milieu d’eux. Tous avaient l’air grave.


"Docteur, qu’arrive-t-il à notre mère ?
-Nous avons diagnostiqué la maladie d’Alzheimer.
-Oh mon Dieu !"


Une des filles sombra en larmes dans les bras de son mari. Les autres semblaient atterrés. Le fils qui avait engagé le dialogue reprit la parole.

"Mais, vous en êtes sur ?
-Oui. Je peux même vous dire que la maladie a été diagnostiquée très tard et qu’elle évolue très rapidement.
-Elle en a pour combien de temps ?
-Je ne le sais pas, et c’est impossible à déterminer. Cette maladie peut évoluer très rapidement comme elle peut ne pas progresser pendant des mois.
- Que pouvons-nous faire ?
-Pas grand-chose hélas. Vous pouvez la soutenir en venant la voir le plus possible et en faisant travailler sa mémoire.
-Mais comment ça se passe dans sa tête ?
-On ne le sait pas exactement. Nous savons que les souvenirs récents disparaissent les premiers. Ensuite, des troubles du langage, de la reconnaissance visuelle et de l’organisation des mouvements apparaissent. Il y a altération des souvenirs anciens après celle des récents. Elle se souviendra plus facilement de personnes de son enfance que de ses dernières années. Mais si il y altération des souvenirs anciens, comme c’est le cas, la maladie est très avancée."


Le silence se fit ponctué de sanglots. Le médecin continua à donner des explications, puis finit par quitter la pièce, laissant seule la famille dans sa détresse contrastant avec le silence dans lequel leur mère était plongée à tout jamais.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RDO
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : A coté d'une bouteille
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: ~*~ Galerie de RDO ~*~   Jeu 31 Jan - 20:51


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malicia
Nouveau venu
Nouveau venu
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 34
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: ~*~ Galerie de RDO ~*~   Ven 1 Fév - 5:59

Trés joli texte RDO, la fin me touche pour le même raison que toi.

Il te manque encore beaucoup de liens a rajouter, celui sur Lapin au premier plan d'ailleur. C'est mon préféré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RDO
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1064
Age : 31
Localisation : A coté d'une bouteille
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: ~*~ Galerie de RDO ~*~   Ven 1 Fév - 14:26

oui, je sais, mais il faut que je retrouve le tout xD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~*~ Galerie de RDO ~*~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~*~ Galerie de RDO ~*~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Galerie] WFB - Skaven - Laurent BTL
» Galerie des rois
» Ce que vous peignez en 15mm (galerie)
» [Stop-Motion] Galerie Krika .
» Galerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: -
Sauter vers: